Conférence de presse du 13 janvier 2023 tenue par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2023-01-13 23:00

À l’invitation de Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, et du gouvernement fédéral suisse, le vice-premier ministre du Conseil d’État Liu He participera à la réunion annuelle du Forum économique mondial 2023 et se rendra en Suisse du 15 au 19 janvier. 

Agence de Presse Xinhua : Nous avons noté que, lors de sa visite en Afrique, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a déclaré que l’Afrique est une grande scène pour la coopération internationale plutôt qu’une arène de lutte pour les jeux des grandes puissances. Pouvez-vous nous donner plus d’informations ?

Wang Wenbin : Lorsque le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a rencontré le président de la Commission de l’Union africaine (CUA) Moussa Faki Mahamat l’autre jour, il a souligné que le monde ne serait pas stable et prospère sans une Afrique pacifique et en croissance. Ce dont l’Afrique a besoin, c’est de solidarité et de coopération plutôt que de confrontation entre les camps. Aucun pays ou individu n’a le droit de forcer les pays africains à choisir leur camp. L’Afrique doit être une scène de coopération internationale plutôt qu’une arène de lutte pour les jeux des grandes puissances. S’il y a la concurrence, comparons alors qui a fait le plus de travail pratique pour le développement pacifique de l’Afrique et qui a fait le plus d’efforts pour donner à l’Afrique une plus grande représentation et voix dans l’agenda de la gouvernance internationale.

Le ministre Qin Gang a souligné qu’il existe une profonde amitié traditionnelle entre la Chine et l’Afrique. Depuis le début du nouveau siècle, la Chine a entrepris divers projets en Afrique. Ces réalisations, visibles et tangibles, ont joué un rôle important dans l’amélioration du progrès économique et social et du niveau de vie en Afrique. Elles témoignent du succès des relations sino-africaines et des fondements de l’amitié sino-africaine et ont gagné l’admiration des pays et des peuples africains. Quel que soit le pays, tant qu’il aide sincèrement l’Afrique à parvenir à la paix et au développement, la Chine est heureuse de le voir. Si nos amis africains le souhaitent, nous sommes également disposés à nous engager dans une coopération tripartite ou multipartite avec n’importe quel pays en Afrique en vue d’apporter conjointement une plus grande contribution au développement et au renouveau africains. 

Je tiens également à vous faire part des derniers détails concernant la visite du ministre Qin Gang en Afrique. Hier, le ministre Qin Gang est arrivé au Gabon et a rendu visite au président Ali Bongo Ondimba. Il a ensuite partagé les exigences essentielles et les caractéristiques uniques de la modernisation chinoise avec le président, et a déclaré que l’amitié Chine-Gabon, forgée par l’ancienne génération de dirigeants des deux parties, a résisté à toute épreuve et est devenue solide comme le roc. La Chine continuera à soutenir le Gabon dans la poursuite d’une voie de développement adaptée à ses réalités nationales. Les deux pays pourraient renforcer le partage d’expériences sur la gouvernance de l’État, rechercher une plus grande synergie entre les stratégies de développement des deux pays et améliorer la coopération de haute qualité de « la Ceinture et la Route ». La Chine soutiendra le Gabon dans l’avancement de son plan stratégique « Gabon émergent » et recherchera une coopération gagnant-gagnant et un développement commun avec le Gabon. Le président Ali Bongo Odimba a déclaré que le Gabon partage l’idée de développement de la Chine et espère approfondir la coopération avec la Chine afin d’offrir de plus grands avantages aux deux peuples. Le Gabon apprécie la Chine pour son respect de la justice internationale et le fort sens des responsabilités de la Chine en tant que grande puissance. Le Gabon sera toujours l’ami fiable de la Chine et espère renforcer la coordination et la coopération avec la Chine pour préserver conjointement les droits et intérêts légitimes des pays en développement et accroître la participation et voix des pays africains à la gouvernance internationale. Au cours de cette visite, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang s’est également entretenu avec le ministre gabonais des Affaires étrangères Michael Moussa-Adamo. Les deux parties ont convenu de continuer à se soutenir fermement, d’exploiter davantage le potentiel de coopération et de créer davantage de points forts dans notre coopération.

Hubei Media Group : Nous avons noté que les Émirats arabes unis (EAU) accueilleront la 28e Conférence des parties (COP28) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) du 30 novembre au 12 décembre de cette année. Ils ont également annoncé récemment la nomination de Sultan Ahmed al-Jaber, ministre de l’Industrie et des Technologies avancées des EAU et envoyé spécial pour le changement climatique, en tant que président désigné pour la COP28. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note des rapports concernés. Nous saluons la contribution des Émirats arabes unis à l’avancement du processus de gouvernance mondiale du climat et adressons nos félicitations à Sultan Ahmed al-Jaber pour sa nomination au poste de président désigné de la COP28.

La Chine est attachée à la protection écologique et participe activement à la gouvernance mondiale du climat. En tant que pays en développement, la Chine et les Émirats arabes unis ont mené une coopération pratique étroite en matière de lutte contre le changement climatique, ce qui a contribué à un développement vert et durable dans les deux pays et dans le reste du monde. La Chine est prête à soutenir activement les Émirats arabes unis dans l’organisation de la COP28 et collaborera avec le président désigné Sultan Ahmed al-Jaber pour se concentrer sur le but et l’objectif de la CCNUCC, répondre aux principales préoccupations des pays en développement, œuvrer à des résultats positifs lors de la COP28 et s’efforcer de favoriser un système de gouvernance climatique mondiale équitable et juste, caractérisé par une coopération gagnant-gagnant.

Bloomberg : La première question, le président Joe Biden discutera de la coopération visant à limiter l’accès de la Chine à la technologie des semi-conducteurs avec les dirigeants du Japon et des Pays-Bas qui se rendront à Washington dans les prochains jours. Quel est le commentaire du ministère des Affaires étrangères à ce sujet ? La deuxième question est que le directeur du Fonds monétaire international (FMI) a exhorté la Chine à poursuivre son ouverture de l’économie, en disant que la politique de prévention contre l’épidémie de COVID-19 de la Chine est probablement le facteur le plus important pour la croissance mondiale en 2023. Le ministère des Affaires étrangères a-t-il un commentaire à faire à cet égard ?

Wang Wenbin : En ce qui concerne votre première question, les États-Unis, afin de perpétuer leur hégémonie et leurs intérêts égoïstes, ont abusé à plusieurs reprises des contrôles à l’exportation et politisé les questions technologiques et commerciales en les utilisant comme une arme pour exercer une coercition économique sur leurs alliés, bloquer et entraver malicieusement les entreprises chinoises et promouvoir délibérément le « découplage » et la rupture des chaînes industrielles et d’approvisionnement. Cela viole gravement les règles du marché et perturbe l’ordre commercial international. Cet acte porte non seulement atteinte aux droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises, mais déstabilise également les chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. La Chine suivra de près l’évolution de la situation et préservera résolument ses propres intérêts. Nous espérons que les pays concernés feront ce qu’il faut et travailleront ensemble pour faire respecter le régime commercial multilatéral et préserver la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. Cela permettra également de protéger leurs propres intérêts à long terme.

Quant à votre deuxième question, nous avons pris note des rapports concernés. Suite à une évaluation scientifique, le gouvernement chinois a pris l’initiative d’optimiser et d’ajuster les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie de COVID-19, qui a été largement saluée par la communauté internationale. L’opinion dominante est que les mesures prises par la Chine contribueront à renforcer la confiance dans la croissance économique mondiale et à soutenir la reprise et le développement de l’économie mondiale. Récemment, de nombreuses institutions internationales d’investissement ont revu à la hausse leurs prévisions concernant le taux de croissance économique de la Chine en 2023. Les chambres de commerce des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Allemagne et de nombreux autres pays en Chine ont noté que l’adaptation de la politique anti-épidémique de la Chine contribue à faciliter les voyages transfrontaliers, en particulier les voyages d’affaires, et restaure l’optimisme du marché. Elles estiment que la Chine restera une destination prioritaire pour les investissements étrangers. La poursuite de l’optimisation de la politique d’entrée de la Chine a un effet très bénéfique sur l’économie régionale et le commerce mondial.

Depuis le début de cette année, la Chine fait de grands progrès dans la promotion d’une ouverture de haut niveau. Le 1er janvier, l’édition 2022 du « Catalogue des industries encouragées pour l’investissement étranger » est entrée en vigueur, avec plus d’articles nouvellement ajoutés que les éditions précédentes de ces dernières années. La Chine a commencé à mettre en œuvre des taux provisoires de taxes à l’importation inférieurs aux taux tarifaires de la nation la plus favorisée pour 1 020 produits de base. À partir du 1er juillet, la Chine procédera à la huitième réduction des taux du tarif de la nation la plus favorisée pour 62 produits informatiques. Après cet ajustement, le niveau global des droits de douane de la Chine passera de 7,4 % à 7,3 %. Il y a quelques jours, le ministère du Commerce et la Banque populaire de Chine ont publié conjointement un « avis visant à aider les sociétés commerciales étrangères à étendre l’utilisation du RMB dans les affaires transfrontalières et à améliorer la facilitation du commerce et des investissements ». Ces mesures témoignent de la ferme volonté de la Chine de faire progresser l’ouverture et de partager les opportunités avec toutes les parties.

À l’heure actuelle, la situation générale de l’épidémie de COVID-19 en Chine s’améliore. De nombreuses provinces et villes ont traversé le pic des infections, où la vie et le travail reviennent à la normale à un rythme plus rapide. À mesure que la demande se reprend et que les nouvelles politiques commencent à produire leurs effets, la vitalité économique et sociale de la Chine sera encore plus libérée, ce qui donnera une forte impulsion à la reprise économique mondiale.

CCTV : Les États-Unis et le Japon ont publié une déclaration commune à l’issue des entretiens « 2+2 » entre les ministres des Affaires étrangères et les ministres de la Défense du 11 janvier, qualifiant la Chine de plus grand défi stratégique dans la région indo-pacifique et au-delà et critiquant la Chine sur les questions relatives à Taïwan, Hong Kong, le Xinjiang et les questions maritimes. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La déclaration conjointe « 2+2 » américano-japonaise que vous avez mentionnée est pleine de pensées de guerre froide à somme nulle et contient des calomnies et des attaques sans fondement contre la Chine. Nous nous y opposons fermement.

Les États-Unis et le Japon prétendent faire progresser la paix et la sécurité régionales, mais en réalité, ils cherchent des prétextes pour le renforcement militaire et le recours délibéré à la force. Ils prétendent s’engager à une région indo-pacifique libre et ouverte, mais en réalité, ils ne font que mettre en place divers « petits cercles » pour créer la division et la confrontation. Ils prétendent défendre l’ordre international fondé sur des règles, mais ce qu’ils font réellement, c’est de fouler aux pieds le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales et s’ingérer de manière flagrante dans les affaires intérieures des autres pays. Ces actes constituent un véritable défi pour la paix, la sécurité et la stabilité régionales.

L’Asie-Pacifique est un point d’ancrage pour la paix et le développement plutôt qu’une arène de lutte pour la compétition géopolitique. Les pays de la région sont pour la justice et contre l’hégémonisme, et espèrent s’engager dans la coopération plutôt que dans la confrontation. Ils aspirent à un véritable multilatéralisme et rejettent les « petits cercles » qui incitent à la confrontation entre les camps. Nous demandons instamment aux États-Unis et au Japon d’abandonner la mentalité de guerre froide et les préjugés idéologiques, de cesser de créer des « ennemis imaginaires » et d’arrêter d’introduire la mentalité d’une « nouvelle guerre froide » en Asie-Pacifique, et de ne pas devenir les perturbateurs d’une Asie-Pacifique stable.

Kyodo News : Selon les rapports, les dirigeants des États-Unis et du Japon se rencontreront le 13 janvier pour discuter de l’acquisition par le Japon de ce qu’ils appellent les « capacités de contre-attaque ». Tous deux considèrent la Chine comme une menace en Asie de l’Est. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Vous avez soulevé une question concernant la rencontre entre les dirigeants américains et japonais. La réunion n’ayant pas encore eu lieu, il serait plus approprié de poser votre question après la réunion.

Shenzhen TV : Selon les rapports, le gouvernement britannique a publié un « rapport semestriel sur Hong Kong » qui contient des critiques sur les affaires de Hong Kong. Quel est le commentaire du ministère chinois des Affaires étrangères ?

Wang Wenbin : Le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong a publié un communiqué de presse pour réfuter le prétendu « rapport semestriel sur Hong Kong » publié par le Royaume-Uni. Nous soulignons à nouveau que le Royaume-Uni ignore le fait que Hong Kong est depuis longtemps retourné dans sa patrie. Il continue à publier les soi-disant rapports semestriels sur Hong Kong. Cette ingérence flagrante dans les affaires de Hong Kong, qui sont des affaires intérieures de la Chine, constitue une violation grave du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. La Chine s’y oppose résolument.

Depuis le retour de Hong Kong, le gouvernement chinois a pleinement, fidèlement et résolument mis en œuvre la politique d’« un pays, deux systèmes », en vertu de laquelle la population de Hong Kong administre Hong Kong avec autonomie d’un degré élevé. Les résidents de Hong Kong ont beaucoup plus de droits et de libertés conformément à la loi qu’avant 1997. Toute personne impartiale conviendra que la loi sur la sécurité nationale et l’amélioration du système électoral de Hong Kong ont permis à cette dernière d’entrer dans une nouvelle phase, dans laquelle Hong Kong a rétabli l’ordre et est prête à prospérer. Cela a permis de protéger efficacement la sécurité nationale et la stabilité sociale dans la RAS de Hong Kong. Les investisseurs internationaux partagent l’avis que l’environnement commercial de Hong Kong est devenu plus sûr, plus stable et plus prévisible.

Le Royaume-Uni n’a aucune souveraineté, aucune juridiction et aucun droit de surveillance sur Hong Kong après sa restitution à la Chine. La base juridique de la gouvernance de Hong Kong par le gouvernement chinois est la Constitution chinoise et la loi fondamentale de la RAS de Hong Kong plutôt que la déclaration conjointe sino-britannique. Malgré le désir commun de la population de Hong Kong de voir la ville sûre et stable, le Royaume-Uni continue de dénigrer la gouvernance de Hong Kong par le gouvernement central, de dénigrer l’administration légale du gouvernement de la RAS, de saper l’État de droit dans la RAS et de soutenir ouvertement les éléments illégaux anti-chinois qui tentent de créer le chaos à Hong Kong, comme Jimmy Lai, tout étant au nom de la démocratie, de la liberté, des droits de l’homme et de l’État de droit. Une telle hypocrisie ne mènera nulle part. Nous demandons instamment à la partie britannique de reconnaître la tendance historique, de renoncer à son vieux rêve colonial, de respecter la souveraineté de la Chine, de cesser de se mêler des affaires de Hong Kong et de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, faute de quoi tout cela se retournera contre elle-même.

CCTV : Selon les rapports, un porte-parole du ministère de la Défense de la Corée du Sud a déclaré lors d’une conférence de presse régulière que le ministère de la Défense de la Corée du Sud formule un rapport sur l’impact environnemental de la Défense de zone à haute altitude terminale (THAAD). Ce rapport sera rendu public conformément aux lois, réglementations et procédures pertinentes et l’opinion publique sera sollicitée. Sur cette base, les consultations et autres procédures nécessaires seront effectuées. Les médias sud-coréens estiment que le travail concerné pourra être achevé d’ici mars de cette année, date à laquelle les procédures officielles de déploiement du THAAD en Corée du Sud seront terminées. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine suit de près les évolutions liées au THAAD en Corée du Sud. Nous sommes en communication avec la Corée du Sud à différents niveaux sur cette question. Nous espérons que la partie sud-coréenne s’en tiendra à l’accord commun sur le THAAD conclu entre le conseiller d’État Wang Yi et le ministre des Affaires étrangères Park Jin lors de leur rencontre à Qingdao en août de l’année dernière, et qu’elle continuera à traiter et à gérer correctement cette question afin qu’elle ne devienne pas une pierre d’achoppement dans les relations bilatérales.

Beijing Daily : Récemment, certains médias occidentaux ont mis en doute l’efficacité des vaccins fabriqués en Chine après les avoir comparés à des produits fabriqués par d’autres pays, comme le vaccin Pfizer. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : En ce qui concerne la question sur les vaccins, le mécanisme conjoint de prévention et de contrôle du Conseil d’État sur le mécanisme conjoint de prévention et de contrôle contre le COVID-19 a répondu à des questions similaires. Nous tenons à souligner que la Chine est le seul pays à disposer de vaccins contre le COVID-19 développés par de multiples voies techniques. Le public dispose ainsi de plusieurs choix pour obtenir une immunité primaire et renforcée. Jusqu’à ce jour, 13 vaccins couvrant quatre voies techniques ont été approuvés pour une utilisation en Chine. L’approvisionnement en vaccins et en matériel médical est globalement suffisant, ce qui permet à toutes les personnes susceptibles d’être vaccinées d’avoir accès aux vaccins contre le COVID-19.

Un responsable de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a récemment déclaré que les niveaux de couverture vaccinale sont très élevés en Chine et que les vaccins inactivés, les vaccins à vecteur viral et les vaccins mRNA ont tous démontré une protection très performante contre les cas graves et les décès. La recherche montre également que trois doses de vaccin inactivé et trois doses de vaccin mRNA de Pfizer offrent une protection pratiquement équivalente contre les conséquences graves ou mortelles chez les adultes âgés de 60 ans ou plus. Les vaccins inactivés fabriqués en Chine peuvent induire une forte réponse immunitaire cellulaire et une mémoire immunologique. Ils jouent un rôle important dans la prévention des maladies, des cas graves et des décès. La Chine a toujours accordé la priorité à la sécurité des vaccins. Les vaccins fabriqués en Chine ont un bon bilan en matière de sécurité, avec un taux d’effets indésirables globalement faible.

À l’heure actuelle, le taux de vaccination complète de la Chine a atteint 92,9 % et le taux de couverture vaccinale des personnes âgées de plus de 60 ans dépasse 90 %. Nous avons fourni plus de 2,2 milliards de doses de vaccins contre le COVID-19 à plus de 120 pays et organisations internationales. Les faits ont prouvé que les vaccins chinois sont sûrs et efficaces. Nous continuerons à renforcer la communication et la coopération avec la communauté internationale pour relever le défi de l’épidémie de COVID-19 et protéger plus efficacement la santé des populations.

Bloomberg : Selon les rapports, l’Ouganda a déclaré avoir mis fin à un accord avec un entrepreneur chinois pour la construction d’un chemin de fer. Quel est le commentaire du ministère chinois des Affaires étrangères à ce sujet ? La deuxième question est que les législateurs américains ont voté une loi visant à interdire les ventes de la réserve stratégique de pétrole du pays à la Chine. Le ministère chinois des Affaires étrangères a-t-il un commentaire à faire à cet égard ? 

Wang Wenbin : En ce qui concerne votre première question, la Chine et l’Ouganda ont un partenariat de coopération global et la coopération pratique entre les deux pays est un pionnier de la coopération Chine-Afrique. Ces dernières années, grâce à des efforts concertés, la Chine et l’Ouganda ont mené une série de coopérations fructueuses sur les chemins de fer, les centrales hydroélectriques, les autoroutes, l’exploitation du pétrole, du gaz et des infrastructures apportant des avantages tangibles aux deux peuples. Le président Yoweri Museveni a déclaré que la Chine s’est toujours concentrée sur les besoins prioritaires de l’Ouganda, tels que les infrastructures, l’attraction des investissements et le transfert de technologies. Il a remercié la Chine pour son soutien accordé à l’Ouganda et à d’autres pays africains en fonction de leurs besoins. À l’avenir, la Chine est prête à travailler avec la communauté internationale pour continuer à mener à bien la coopération en matière d’infrastructures, d’investissements et de financement avec les pays africains et à supprimer les principaux « goulets d’étranglement » qui entravent le développement indépendant de l’Afrique.

Quant à votre deuxième question, nous demandons instamment aux politiciens américains concernés d’abandonner la mentalité de la guerre froide à somme nulle et les préjugés idéologiques, de se forger une perception correcte de la Chine et des relations sino-américaines, et de contribuer à la confiance mutuelle et à la coopération entre la Chine et les États-Unis plutôt que l’inverse.

CNR : Une délégation de personnalités religieuses et d’érudits islamiques de renommée mondiale a récemment visité le Xinjiang. Pouvez-vous nous donner plus de détails ?

Wang Wenbin : Du 8 au 11 janvier, une délégation de personnalités religieuses et d’érudits islamiques de renommée mondiale, dirigée par Ali Rashid Al Nuaimi, président du Conseil mondial des communautés musulmanes, a effectué une visite dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang sur invitation. La délégation était composée de plus de 30 membres provenant de 14 pays, dont les Émirats arabes unis, l’Égypte, l’Arabie saoudite, l’Indonésie, le Bahreïn, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie. Au cours de cette visite, la délégation a visité Urumqi, Altay et Kashgar, a assisté à une exposition sur la lutte contre le terrorisme et la déradicalisation et a visité des mosquées, l’Institut islamique du Xinjiang, des entreprises locales et des rues et villes anciennes. Ils ont également rendu visite à des familles ouïghoures, prié avec des musulmans locaux dans une mosquée et ont participé avec des habitants à un atelier sur le renouveau rural et la réduction de la pauvreté.

Les membres de la délégation se sont déclarés profondément impressionnés par les réalisations du Xinjiang en matière de développement et de stabilité au cours de la dernière décennie. Ils ont vu un Xinjiang sûr, prospère et stable, où les musulmans peuvent exercer librement leurs droits ethniques et religieux, et où les personnes de toutes origines ethniques vivent en harmonie sur un pied d’égalité. Le gouvernement chinois a fait d’énormes efforts pour protéger la culture multiethnique du Xinjiang. Les politiques chinoises de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation ont été très efficaces et ont apporté des avantages aux personnes de tous les groupes ethniques. Les membres de la délégation ont déclaré que ce qu’ils ont vu au Xinjiang est entièrement différent de ce qui a été dépeint par certains médias, et que les accusations concernant la situation des droits de l’homme au Xinjiang et le prétendu « génocide culturel ouïghour » ne sont rien d’autre qu’une déformation des faits. La civilisation islamique et la civilisation chinoise ont entretenu la tradition d’échanges amicaux. Ils ont exprimé leur volonté d’approfondir la coopération entre le monde islamique et la Chine et de soutenir fermement la position de la Chine sur les questions liées au Xinjiang.

Il vaut mieux voir une fois que d’entendre cent fois. Les personnes savent distinguer le vrai du faux. L’expérience des personnalités religieuses islamiques de renommée mondiale au Xinjiang montre une fois de plus que la vérité ne sera pas cachée par des mensonges, et que ceux qui cherchent à salir la Chine en manipulant les questions liées au Xinjiang ne réussiront pas. La Chine invite les amis de tous les pays à visiter le Xinjiang et à faire l’expérience directe de la stabilité sociale, de la prospérité économique, de l’harmonie ethnique et de la liberté de croyance du Xinjiang.

Global Times : Selon les rapports, un porte-parole du département d’État américain a déclaré que les États-Unis exigent que les voyageurs en provenance de Chine passent des tests avant leur départ en raison de la vague des contaminations croissantes en Chine et du manque de données épidémiologiques et de séquences génomiques virales adéquates et transparentes communiquées par la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Depuis l’apparition de l’épidémie de COVID-19, la Chine a toujours partagé les informations et les données avec la communauté internationale de manière opportune, ouverte et transparente conformément à la loi. Nous avons également continué à partager les séquences génomiques du virus provenant des cas de COVID-19 en Chine avec l’OMS et via l’Initiative mondiale sur le partage des données relatives à la grippe aviaire (GISAID), ce qui a contribué à la recherche et au développement de vaccins et de médicaments.  

Selon l’OMS et le GISAID, les données sur le génome du virus fournies par la Chine ont la même composition que les séquences soumises par d’autres pays qui sont prélevées sur des voyageurs arrivant de Chine, et aucun nouveau variant ou mutation d’importance connue n’a été noté. Le Dr Hans Henri P. Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, a déclaré qu’il partageait l’avis du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies selon lequel les souches du COVID-19 circulant en Chine sont celles qui ont été prévalentes en Europe et ailleurs et n’auraient pas d’impact significatif sur l’épidémie, appelant à ce que les mesures relatives aux voyages soient scientifiques, proportionnées et non discriminatoires. 

Selon les données publiées par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, le nouveau variant XBB.1.5 se propage rapidement aux États-Unis et est devenu le variant la plus répandu dans le pays, causant plus de 40,5 % des infections. L’OMS a qualifié XBB.1.5 de « sous-variant Omicron le plus transmissible détecté jusqu’à ce jour, qui est plus contagieux et marqué par une plus grande force d’évasion immunitaire. Les États-Unis doivent partager leur situation nationale sur l’épidémie de COVID-19 et les données du virus avec l’OMS et la communauté internationale en temps utile, de manière ouverte et transparente, répondre activement aux préoccupations de la communauté internationale et collaborer avec le reste du monde pour faire face à la propagation du variant.

Reuters : La Chine va-t-elle envisager d’approuver l’utilisation du vaccin mRNA contre le COVID-19 pour ses citoyens ?

Wang Wenbin : Je viens juste de répondre à cette question. Les vaccins fabriqués en Chine, qu’il s’agisse de vaccins inactivés, de vaccins à vecteur viral ou autres, ont tous démontré une protection fondamentalement aussi importante que les vaccins mRNA contre les cas graves et les décès. Cela se reflète à la fois dans les opinions exprimées par les responsables de l’OMS et dans les résultats des recherches existantes. En Chine, l’approvisionnement en vaccins et en matériel médical est globalement suffisant, ce qui permet à toutes les personnes susceptibles d’être vaccinées d’avoir accès aux vaccins contre le COVID-19. Nous sommes prêts à continuer à améliorer la communication et la coopération avec la communauté internationale pour relever plus efficacement le défi de l’épidémie de COVID-19 et renforcer la protection de la santé des populations.