Conférence de presse du 16 janvier 2023 tenue par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2023-01-16 23:00

Beijing Daily : Nous avons noté que le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a terminé sa visite en Angola et au Bénin la semaine dernière. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette visite ?

Wang Wenbin : Cette année marque le 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’Angola. Le mois dernier, la Chine et le Bénin ont célébré le 50e anniversaire de la reprise des relations diplomatiques. Dans ce contexte, la visite du ministre des Affaires étrangères Qin Gang en Angola et au Bénin a mis en évidence l’amitié traditionnelle et les liens étroits entre la Chine et ces deux pays.

Au cours de cette visite, le président angolais João Lourenço et le président béninois Patrice Talon ont respectivement rencontré le ministre des Affaires étrangères Qin Gang. Ils ont tous deux salué la voie de développement et les réalisations de la Chine et ont remercié la Chine pour son soutien et son aide de longue date. Ils espèrent approfondir et élargir la coopération pratique avec la Chine et accélérer le développement et le renouveau du pays. Ils sont prêts à continuer à être un ami loyal et fiable de la Chine et à travailler avec elle pour faire respecter le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et préserver l’équité et la justice internationales.

Le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a remercié les deux pays pour leur compréhension et leur soutien sur les questions qui touchent aux intérêts fondamentaux et aux préoccupations majeures de la Chine. Il a déclaré que la Chine soutiendra, comme toujours, les deux pays dans leur opposition à l’ingérence extérieure, dans leur choix indépendant des voies de développement et dans le maintien de la souveraineté nationale, de la sécurité et des intérêts de développement. Il a ajouté que la Chine continuera à s’unir et à travailler avec l’Angola, le Bénin et d’autres pays africains pour parvenir à un développement commun dans l’esprit de l’amitié et de la coopération sino-africaines et conformément aux principes de sincérité, de résultats réels, d’affinité et de bonne foi, ainsi qu’à l’engagement en faveur du bien commun et des intérêts partagés.

Au cours de la visite, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a également eu des entretiens avec le ministre angolais des Affaires étrangères Téte António et le ministre béninois des Affaires étrangères Aurélien Agbénonci respectivement, et a signé des documents de coopération Chine-Bénin dans des domaines tels que les échanges culturels. 

La visite du ministre des Affaires étrangères Qin Gang s’inscrit dans la continuité de la belle tradition de 33 ans de la diplomatie chinoise, selon laquelle les ministres des Affaires étrangères chinois ont fait de l’Afrique la destination de leur première visite à l’étranger chaque année. Sa visite reflète la profonde amitié entre la Chine et l’Afrique, et témoigne de la coopération amicale Chine-Afrique qui ne cesse de se développer. L’action de la Chine montre qu’elle a été sincère avec ses amis africains. Nous sommes toujours prêts à aider l’Afrique en tant que partenaire pour la coopération pratique et efficace et nous tenons à notre amitié durable avec l’Afrique. En début de cette année, nous sommes convaincus que, guidés par les principes de sincérité, de résultats réels, d’affinité et de bonne foi, ainsi que par l’engagement en faveur du bien commun et des intérêts partagés, l’avenir est de bon augure pour les relations sino-africaines, et très prometteur pour une communauté de destin sino-africaine dans la nouvelle ère.

AFP : Le vice-premier ministre Liu He représentera la Chine au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Pourriez-vous partager plus de détails sur cette visite ? Pouvez-vous confirmer qu’il s’entretiendra avec la représentante américaine au commerce, Katherine Tai ?

Wang Wenbin : Nous avons annoncé que le vice-premier ministre Liu He participerait à la réunion annuelle du Forum économique mondial 2023 et se rendrait en Suisse. En ce qui concerne cette visite, nous vous ferons part de plus de détails en temps voulu. Veuillez les suivre.

Nous tenons également à ajouter que les équipes économiques et commerciales de la Chine et des États-Unis restent en communication régulière. S’il y a de nouvelles informations, nous les publierons en temps voulu.

Shenzhen TV : Le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a également visité l’Égypte et le siège de la Ligue des États arabes (LEA) lors de sa visite en Afrique. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Wang Wenbin : Il n’y a pas longtemps, le président Xi Jinping a assisté au premier sommet Chine-États arabes, qui a fait entrer les relations sino-arabes dans une nouvelle ère de progrès tous azimuts et approfondis. Le 15 janvier, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang s’est rendu en Égypte et au siège de la LEA. Il s’agit d’une action importante pour mettre en pratique les résultats du Sommet Chine-États arabes. Elle démontre la forte détermination de la Chine à faire tous les efforts possibles avec le monde arabe pour construire une communauté de destin sino-arabe dans la nouvelle ère.

Au cours de cette visite, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a rencontré le ministre des Affaires étrangères Qin Gang, et ce dernier s’est également entretenu avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry. Les deux parties ont eu des échanges de vues approfondis sur la mise en œuvre du consensus important atteint par les deux chefs d’État et sont parvenues à un large consensus sur les relations bilatérales et les questions régionales et internationales d’intérêt commun.

Les deux parties ont convenu que la Chine et l’Égypte ont une forte confiance mutuelle stratégique et devraient continuer à se soutenir fermement sur les questions impliquant les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de chacun. La Chine apprécie le soutien précieux apporté par la partie égyptienne sur les questions liées aux intérêts fondamentaux de la Chine, telles que la question du Taïwan et celle du Xinjiang, et soutient fermement l’Égypte pour qu’elle suive une voie de développement conforme à ses propres conditions nationales, maintienne la souveraineté et la sécurité nationales et réalise le développement et le renouveau.

Les deux parties ont convenu que la construction conjointe sino-égyptienne de « la Ceinture et la Route » a été fructueuse et aurait un grand potentiel. La Chine est disposée à poursuivre la synergie des stratégies de développement avec la partie égyptienne et à mettre en œuvre conjointement l’Initiative pour le Développement mondial. La Chine est disposée à coopérer avec la partie égyptienne pour promouvoir la construction de grands projets, importer davantage de produits égyptiens de haute qualité et encourager davantage d’entreprises chinoises à investir en Égypte afin de parvenir au bénéfice mutuel et à la situation gagnant-gagnant d’un niveau plus élevé.

Les deux parties ont convenu que la Chine et l’Égypte ont respectivement des civilisations riches et développées et devraient continuer à développer les échanges culturels, à promouvoir activement les échanges entre les laboratoires d’idées, les jeunes et les médias des deux pays, et à approfondir les contacts entre les peuples. Récemment, la Chine a adapté ses mesures de prévention et de contrôle contre l’épidémie de COVID-19 en fonction de l’évolution de la situation épidémique, ce qui facilitera les contacts entre les Chinois et les étrangers. La partie égyptienne souhaite la bienvenue aux touristes chinois en Égypte, ce que la Chine apprécie beaucoup. La partie chinoise est convaincue que dans un avenir proche, le nombre de touristes chinois et de vols vers l’Égypte reviendra au niveau d’avant l’épidémie, voire le dépassera.

Les deux parties ont convenu que la Chine et l’Égypte partageaient des points de vue et des positions similaires dans les affaires régionales et internationales, et qu’elles devraient collaborer plus étroitement pour promouvoir des solutions politiques aux problèmes régionaux les plus épineux, faire respecter les normes fondamentales des relations internationales, défendre le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures et préserver les intérêts communs des pays en développement.

Au cours de sa visite en Égypte, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang s’est entretenu avec le secrétaire général de la LEA Ahmed Aboul Gheit. Les deux parties ont convenu de mettre en œuvre les résultats du sommet Chine-États arabes et d’accélérer la mise en œuvre des « Huit Initiatives conjointes », afin d’apporter davantage de bienfaits aux peuples des deux parties. Le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a déclaré que la Chine soutenait fermement les États arabes à travailler solidairement pour résoudre les problèmes de sécurité dans la région, qu’elle soutenait les peuples arabes à explorer leurs propres voies de développement de manière indépendante et qu’elle soutenait la LEA pour jouer un rôle plus important dans la promotion de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient.

Le secrétaire général Ahmed Aboul Gheit a exprimé sa gratitude à la Chine pour avoir fermement défendu la justice dans le monde, soutenu le développement des États arabes et l’unité de la LEA, et fourni une aide précieuse aux pays arabes dans la lutte réussie contre l’épidémie de COVID-19. Il a indiqué qu’il espérait une coopération arabo-chinoise plus approfondie dans tous les domaines et qu’il invitait davantage de citoyens chinois à visiter l’Égypte et d’autres pays arabes pour voyager ou mener une coopération économique et commerciale.

Au cours de cette visite, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a souligné que la question palestinienne est au cœur de la problématique du Moyen-Orient et qu’elle est importante pour la paix et la stabilité de la région. L’aggravation de la situation israélo-palestinienne est fondamentalement due à la stagnation des pourparlers de paix israélo-palestiniens et au retard prolongé dans la mise en œuvre de la « solution à deux États ». La communauté internationale devrait renforcer la conscience d’urgence, donner la priorité à la question palestinienne dans l’agenda international, promouvoir la reprise des pourparlers de paix entre Israël et la Palestine, traiter correctement les questions relatives au statut final telles que Jérusalem, et promouvoir une solution rapide, juste et durable à la question palestinienne sur la base de la « solution à deux États ». Les grands pays influents doivent assumer leurs responsabilités à cet égard.

Bloomberg : L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a exprimé l’espoir que la Chine partagerait des informations plus détaillées sur sa situation épidémique du COVID-19, même après que la Chine a fourni les chiffres du nombre de décès au cours du week-end. Quelle est la réponse du ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le 14 janvier, Ma Xiaowei, ministre de la Commission nationale de la santé (CNS) de Chine, s’est entretenu par téléphone avec le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, pour un échange de vues portant principalement sur la situation épidémique du COVID-19 en Chine. Le Secrétariat de l’OMS et le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus ont apprécié les efforts déployés par le gouvernement chinois pour faire face à l’épidémie de COVID-19 et ont remercié la Chine de maintenir des échanges techniques à long terme et de partager des informations et des données épidémiologiques avec l’OMS. Les deux parties ont convenu de continuer à renforcer les échanges techniques et la coopération en matière de réponse épidémiologique et de travailler ensemble pour maintenir la sécurité sanitaire mondiale.

La Chine a toujours attaché une grande importance à sa coopération et à ses liens avec l’OMS. Nous soutenons activement le rôle de coordination de l’OMS dans la lutte mondiale contre l’épidémie et entretenons des échanges étroits avec le Secrétariat de l’OMS et le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus. La Chine partage des informations avec l’OMS et d’autres pays depuis le début de l’épidémie de COVID-19. Nous avons signalé les infections à l’OMS dès que possible. La Chine est le premier pays à identifier l’agent pathogène et à partager la séquence du génome, et elle a établi un mécanisme d’échange technique avec l’OMS. Au cours du dernier mois environ, la partie chinoise a eu cinq échanges techniques et une conversation téléphonique avec l’OMS. La contribution de la Chine à la lutte mondiale contre l’épidémie de COVID-19 a été largement reconnue par l’OMS et les membres de la communauté internationale.

Nous continuerons à soutenir le rôle de l’OMS dans la solidarité de la communauté internationale pour lutter contre la pandémie et à partager des informations avec l’OMS et le reste de la communauté internationale en temps utile, de manière ouverte et transparente, conformément à la loi, afin de relever ensemble le défi de l’épidémie de COVID-19. Nous espérons que toutes les parties adopteront une position scientifique et objective, respecteront et soutiendront les efforts de prévention et de contrôle de la Chine contre l’épidémie de COVID-19, afin que nous puissions ensemble apporter notre contribution à la solidarité mondiale contre l’épidémie.

Global Times : La déclaration conjointe a été publiée à l’issue des entretiens « 2+2 » américano-japonaise entre les ministres des Affaires étrangères et les ministres de la Défense, dans laquelle les deux parties ont partagé leurs préoccupations constantes concernant l’expansion continue et accélérée de l’arsenal nucléaire de la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note des rapports concernés. La déclaration conjointe américano-japonaise contient des récits manipulés et trompeurs visant à justifier le renforcement militaire en propageant et en amplifiant la soi-disant « menace nucléaire » de la Chine. Nous rejetons fermement cette idée et avons entrepris des démarches sérieuses.

La Chine est fermement engagée dans une stratégie nucléaire défensive. Nous avons honoré notre promesse de non-recours en premier aux armes nucléaires à tout moment et en toutes circonstances et de ne pas utiliser ou menacer d’utiliser des armes nucléaires contre des États non dotés d’armes nucléaires ou des zones exemptes d’armes nucléaires. La Chine est le seul des cinq États dotés d’armes nucléaires à avoir pris ces engagements. Nous avons toujours maintenu nos capacités nucléaires au niveau minimum requis par la sécurité nationale. Pour tout pays, tant qu’il n’utilise pas d’armes nucléaires contre la Chine, il n’a pas à s’inquiéter d’être menacé par les armes nucléaires de la Chine. C’est la transparence la plus significative qu’un pays puisse fournir.

En réalité, ce sont les évolutions négatives aux États-Unis et au Japon en matière de désarmement et de non-prolifération nucléaires qui appellent à la vigilance de la communauté internationale. Les États-Unis disposent déjà de l’arsenal nucléaire le plus important et le plus avancé au monde, mais ils ont tout de même investi plus de mille milliards de dollars pour moderniser leur « trinité nucléaire ». Ils ont développé des armes nucléaires à faible rendement, abaissé le seuil d’utilisation des armes nucléaires et formé un bloc à caractère de guerre froide en vendant des sous-marins à propulsion nucléaire et en renforçant le « parapluie nucléaire ». Le Japon, en tant qu’État non doté d’armes nucléaires partie au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), est censé remplir ses obligations internationales en matière de non-prolifération. Dans les faits, le Japon est confortablement installé sous le « parapluie nucléaire » des États-Unis et s’oppose même aux efforts visant à amener les États-Unis à renoncer à leur politique de premier recours aux armes nucléaires. La communauté internationale s’interroge sur cela et exprime ses préoccupations depuis longtemps.

Nous exhortons les États-Unis et le Japon à abandonner la mentalité de la guerre froide et la confrontation entre blocs, à remplir de bonne foi leurs obligations en matière de désarmement et de non-prolifération nucléaires et à assumer leur rôle dans le maintien de la paix et de la stabilité régionales et internationales.

Reuters : Selon un rapport de Kyodo news, la Chine a délivré un petit nombre de visas pour certains voyageurs d’affaires diplomatiques, publics et d’urgence. Y a-t-il eu des changements récents dans cette politique de visa comme le suggère ce rapport de Kyodo news ?

Wang Wenbin : Nous pensons toujours que pour tous les pays, les mesures de prévention de l’épidémie de COVID-19 doivent être scientifiques et proportionnées, qu’elles ne doivent pas affecter les échanges normaux entre les peuples et la coopération entre les pays, qu’elles ne doivent pas adopter de pratiques discriminatoires et qu’elles ne doivent servir à une manipulation politique.

Nous espérons que les pays concernés adopteront une approche scientifique et que, dans un esprit de respect mutuel, lèveront dès que possible les restrictions discriminatoires à l’encontre des citoyens chinois et collaboreront avec la Chine pour rétablir la circulation transfrontalière normale ainsi que les échanges et la coopération entre les peuples.

The Paper : Selon les rapports, le gouvernement japonais a déclaré le 13 janvier qu’il commencerait à évacuer l’eau traitée contaminée par le nucléaire de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi au printemps ou en été. La Fédération nationale des associations de pêcheurs du Japon a à nouveau exprimé son opposition dans une déclaration. Nous avons également noté que le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a déclaré le même jour que le Japon devait traiter l’eau radioactive en toute sécurité et conformément aux lois et normes internationales, de manière objective et scientifique. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Au cours des deux dernières années, la communauté internationale a fortement remis en question la décision unilatérale et erronée du gouvernement japonais de déverser dans la mer les eaux contaminées de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, s’y est fortement opposée, et a exprimé de graves préoccupations quant à son impact sur l’environnement marin et la santé publique. En fait, la majorité de la population japonaise est également opposée à cette pratique irresponsable. Selon une enquête, 55 % des Japonais interrogés se sont déclarés opposés au projet du gouvernement de rejet en mer d’eau radioactive. 

Malheureusement, le Japon n’a pas encore pris ces préoccupations au sérieux et n’y a pas répondu. Il n’a toujours pas fourni d’explications complètes et convaincantes sur des questions telles que la légitimité du plan de rejet en mer, la fiabilité des données sur l’eau radioactive, l’efficacité du système de traitement ou l’incertitude de l’impact environnemental. Bien que le groupe de travail technique de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) se soit rendu au Japon à trois reprises pour une évaluation sur place, il n’est pas encore parvenu à une conclusion sur la sécurité du plan d’évacuation, et a demandé de multiples clarifications et améliorations à la partie japonaise. Malgré cela, le Japon a arbitrairement approuvé son plan de rejet en mer et a procédé de force à la construction des installations nécessaires. Cet acte est hautement irresponsable.

Nous exhortons une fois de plus la partie japonaise à prendre au sérieux les préoccupations légitimes de toutes les parties, à évacuer l’eau radioactive de manière scientifique, ouverte, transparente et sûre, à se placer sous la stricte surveillance de l’AIEA et à prendre des mesures crédibles pour protéger l’environnement marin et les droits et intérêts de toutes les personnes concernées en matière de santé. Le Japon ne doit pas commencer à déverser l’eau radioactive dans la mer avant d’avoir pleinement consulté les pays voisins et les autres parties prenantes, ainsi que les agences internationales compétentes. 

CCTV : Selon les rapports, le 15 janvier heure locale, un avion de tourisme népalais transportant 68 passagers et 4 membres d’équipage de Katmandou à Pokhara s’est écrasé et a pris feu. Jusqu’à présent, aucun survivant n’a été retrouvé. La Chine enverra-t-elle ses condoléances au Népal ?

Wang Wenbin : : Cet incident tragique nous brise le cœur. En ce moment de deuil, en tant que voisin proche du Népal et ami sincère de longue date, la Chine ressent la douleur du peuple népalais. Nous exprimons nos condoléances profondes et sincères aux victimes et à leurs membres de famille.

Reuters : La Chine a-t-elle effectivement délivré un petit nombre de visas pour certains voyageurs d’affaires diplomatiques, publics et d’urgence depuis qu’elle a annoncé une suspension des visas ?

Wang Wenbin : J’ai déjà fait part de la position de la Chine à ce sujet. Nous tenons à réitérer une fois de plus notre espoir que les pays concernés lèveront les restrictions discriminatoires à l’encontre de la Chine dès que possible et qu’ils travailleront avec la partie chinoise au rétablissement de la circulation transfrontalière normale et des échanges et de la coopération entre les peuples.

Bloomberg : Les pourparlers sur la restructuration de la dette du Sri Lanka sont maintenant à un stade crucial. Le vice-ministre Chen Zhou a-t-il participé aux négociations sur la dette lors de sa visite au Sri Lanka ?

Wang Wenbin : Comme nous l’avons appris, le vice-ministre Chen Zhou du département international du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a récemment conduit une délégation du PCC au Sri Lanka et dans quelques autres pays. Pour en savoir plus sur cette visite, je vous conseille de consulter des services compétents.

La Chine a suivi de près les difficultés et les défis auxquels le Sri Lanka est confronté et a fourni une aide pour son développement économique et social dans la mesure de ses capacités. En ce qui concerne la dette du Sri Lanka envers la partie chinoise, la Chine soutient les institutions financières concernées dans leurs consultations avec le Sri Lanka afin de trouver un règlement approprié. La Chine est prête à travailler avec les pays concernés et les institutions financières internationales et à continuer à jouer un rôle positif pour aider le Sri Lanka à faire face à la situation, à alléger le fardeau de sa dette et à l’aider à atteindre un développement durable. Parallèlement, nous espérons et croyons que le Sri Lanka travaillera dans la même direction et fera des efforts indépendants pour défendre les droits et intérêts légitimes des partenaires étrangers en matière d’investissement et de financement, et maintenir la stabilité et la crédibilité de son environnement d’investissement et de financement.

CCTV : Selon les rapports, le 13 janvier, le président américain Joe Biden et le premier ministre japonais Fumio Kishida se sont entretenus à Washington et ont publié une déclaration conjointe, affirmant que l’Indo-Pacifique est confronté à des défis croissants, notamment en raison d’actions chinoises violant l’ordre international fondé sur des règles. Les deux parties ont également souligné la volonté de renforcer l’alliance américano-japonaise et l’engagement des États-Unis en faveur de la défense du Japon et ont critiqué la Chine sur les questions relatives à la mer de Chine orientale et à Taïwan. Quelle est votre réponse à ce sujet ?

Wang Wenbin : Il est à la fois très hypocrite et dangereux pour le Japon et les États-Unis de conspirer pour mettre en scène une farce visant à calomnier l’image de la Chine, à s’ingérer dans ses affaires intérieures et à entraver son développement. Nous nous opposons fermement et avons déjà entrepris de sérieuses démarches.

Le passé militariste du Japon, marqué par des guerres d’agression dévastatrices et des crimes brutaux contre l’humanité, a entraîné des souffrances indélébiles dans cette région et dans le monde. Cependant, au lieu de faire une introspection sérieuse, le Japon a manifesté une dangereuse tendance à se réarmer, avec une forte augmentation de ses dépenses annuelles de défense pour la 11e année consécutive et un réajustement constant de sa politique de défense visant une percée militaire. Pour justifier son renforcement militaire agressif, le Japon a faussement exacerbé les tensions régionales. Il cherche même à faire entrer l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) dans la région Asie-Pacifique. Ce que fait la partie japonaise ne peut qu’éveiller les soupçons selon lesquels le Japon s’éloigne de la voie du développement pacifique de l’après-guerre et que le danger de répéter les erreurs de l’histoire s’accroît. Nous avertissons le Japon que les pays de la région s’opposeront universellement et réagiront fermement au fait de jouer les trouble-fête et de perturber la sécurité et la stabilité dans la région Asie-Pacifique.

Les États-Unis prônent le soi-disant ordre fondé sur des règles, alors qu’en réalité ils sapent de façon flagrante les règles et l’ordre internationaux. Qu’il s’agisse de l’invasion injustifiée d’autres pays ou de sanctions unilatérales arbitraires, du paiement d’importants arriérés au budget ordinaire des Nations Unies ou de l’entrave délibérée à la nomination de nouveaux juges à l’organe d’appel de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), de la « diplomatie coercitive » ou de la constitution de « blocs d’exclusion », du déploiement de navires de guerre et d’avions militaires en Asie-Pacifique ou de l’ouverture de la « boîte de Pandore » sur la prolifération nucléaire, les faits prouvent sans cesse que les États-Unis ne se soucient pas vraiment des règles ou de l’ordre. La seule chose dont les États-Unis se soucient vraiment est la stabilité de leur hégémonie. Les États-Unis ignoreront, modifieront ou même annuleront les règles existantes dès lors qu’elles ne sont pas conformes à leurs intérêts, même si les règles en question ont été proposées par les États-Unis eux-mêmes.

Il convient de souligner que la Chine restera fermement engagée sur la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises. Aucun pays ni aucune force ne peut freiner le développement de la Chine. Nous ferons le nécessaire pour défendre résolument notre souveraineté, notre sécurité et nos intérêts de développement.

Nous demandons aux États-Unis et au Japon de sortir de la mentalité de la guerre froide, d’abandonner l’obsession de contenir et de réprimer la Chine, de cesser d’accélérer dangereusement le renforcement militaire et de propager le chaos dans le monde, et de revenir à la voie vertueuse de la paix, de l’amitié et de la coopération. 

**********************************

La 14e vente de charité internationale « Amour sans frontières - Chaleur en voie de croissance » s’ouvrira sous forme virtuelle à Beijing dans l’après-midi du 17 janvier. Le ministre des Affaires étrangères, Qin Gang et l’invitée spéciale, Qian Wei, épouse de Wang Yi, le membre du Bureau politique du Comité central du PCC et conseiller d’État, assisteront à l’événement. Cette année, la vente de charité sera encore diffusée en ligne et en direct. Vous pouvez accéder à la page Web spéciale de la vente de charité en ligne en recherchant le magasin phare Tmall du comté numérique sur l’application Taobao d’Alibaba. La page web sera lancée officiellement le 17 janvier et restera disponible jusqu’au 8 février. Une vente en direct sera organisée dans la soirée du 8 février.

Depuis 2009, la vente de charité internationale « Amour sans frontières » a été organisée avec succès pendant 13 années consécutives. De nombreux projets d’aide et de lutte contre la pauvreté ont été mis en œuvre, notamment dans les domaines des infrastructures, de la santé, des moyens de subsistance, des soins médicaux et de la protection de l’enfance. Au cours des 13 dernières années, la vente de charité internationale « Amour sans frontières » s’est concentrée sur la réduction de la pauvreté et la redynamisation des zones rurales. L’amour qu’elle recueille tant au niveau national qu’international a donné des résultats fructueux.

La vente de charité de cette année se déroulera sous le thème « Réchauffer la voie de la croissance ». Les dons seront utilisés pour les « projets de réchauffement », à savoir l’installation et la modernisation de douches dans les écoles primaires et secondaires de Jinping et Malipo, deux comtés du Yunnan. 

Nous diffuserons une série de courtes vidéos sur les comptes officiels de « Amour sans frontières » sur les plateformes médiatiques telles que Wechat, Douyin, Kuaishou et Bilibili. Des envoyés diplomatiques étrangers et des représentants d’organisations internationales en Chine partageront leur expérience et leurs histoires sur leur participation à la vente de charité et feront la promotion de la culture et des produits de leur pays.

Nous espérons que vous suivrez la vente de charité internationale « Amour sans frontières », que vous participerez aux activités et que vous partagerez votre amour.